Lexique de la fauconnerie

Vocabulaire de la fauconnerie

A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

 

A

Abaisser : Faire amaigrir l’oiseau trop gras. On dit aussi essimer.

Abattre : C’est prendre et serrer l’oiseau entre les mains pour lui faire quelque opération, il ne faut abattre l’oiseau que le plus rarement qu’on peut.

Abandonner : C’est se défaire d’un oiseau dont on ne peut tirer parti.

Allécher : Donner une ou deux bécades pour affriander l’oiseau lorsqu’on veut le faire voler une seconde fois de suite.

Aborder la remise : Le gibier poussé par l’oiseau s’étant fourré dans quelque buisson, il faut aborder la remise sous le vent pour que le chien sentant mieux la perdrix la fasse aussi partir sous l’oiseau d’une manière plus avantageuse.

Acharner : C’est exciter l’appétit de l’oiseau sur le tiroir et sur le leurre.

Affaiter : S’entend de l’éducation des soins et du traitement des oiseaux.

Affaire : Oiseau de bonne affaire facile à dresser.

Aiguilles : (I) Petits vers dans les émeus plus difficiles à guérir que les grands vers qu’on nomme filandres. (II) Pour les pennes cassées, elles doivent être carrées ou triangulaires, plus grosses dans le milieu, bien aiguës par les extrémités pour facilement dans chacun des deux bouts de plumes qui coupées en biseau et se rapprochant parfaitement à leur place respective se colleront d’autant mieux que ces aiguilles auront été trempées dans du vinaigre, seront encore mieux retenues par la rouille.

Aile : On dit avoir bonne aile, monter sur l’aile.

Air : On dit prendre l’air pour dire s’élever bien haut.

Aire : Nid des oiseaux de proie, on dit faucon de bonne aire faucon de bon naturel, bien volant, etc.

Albrenné ou halbrené : Se dit oiseaux de proie dont les pennes sont rompues ou gâtées.

Aller en quête : C’est quand on envoie le matin un fauconnier ou le porte chercher l’endroit propre à voler et emmener avec le duc la proie convenable.

Aléthes (‘l) ou l’allias : C’est une variété de faucons très rare en Europe qu’on dit être communs au Pérou, mais qu’on faisait venir à grands frais d’orient. Catherine de Médicis en avait un sur le poing lorsqu’elle débarqua arrivant en France, on lui attribue de grandes qualités pour la chasse.

Apoplexie : On dit que les faucons y sont sujets.

Aposthumes : Idem.

Armer l’oiseau : c’est lui attacher ses jets et sonnettes. On dit aussi armer le curer, c’est envelopper de viande les cures ou remèdes pour lui faire avaler.

Assurance et assurer : se dit d’un oiseau qui revient franchement au poing étant hors de filière. Cet oiseau est bien d’assurance à la chambre et au jardin.

Asthme : Maladie du poumon, arrive par un vol forcé, etc.

Athan et athanaire ou auntennoir : On appelait antennaire ou antennois l’oiseau qui n’avait pas encore mué son pennage de l’année précédente, comme dans quelques provinces on appelle encore antennois l’agneau qui n’a pas été tondu l’année de sa naissance.

Attombisseur : Est le premier des trois ou quatre faucons qui voulaient ensemble un héron le frappe et l’étourdit en fondant sur lui… C’est dit-on Un bon attombisseur, c’est toujours lui qui frappe le premier.

Attrempé : Cet oiseau est attrempé, il est ni trop gras ni trop maigre.

Avillons : Ce sont les ongles du pouce ou doigt de derrière de l’oiseau de proie on dit avilloner pour exprimer le coup que donne à sa proie l’oiseau des serres de ce talon.

Avener : Cet oiseau avene bien, il observe et conduit le lieu de départ et la remise de son gibier.

Autour : Oiseau de proie qui donne son nom à une chasse de volerie particulière, plus convenable à ceux qui ne peuvent avoir un grand train de chasse, il est aussi plus pour le profit que pour le simple amusement il est même à la portée des personnes avancées en âge, soit à pied, soit sur un cheval, qui ne fatigue pas et qu’on dresse à ces exercices.

Autourserie : Chasse qui se fait plus particulièrement avec l’épervier et l’autour, on appele aussi basse volerie, vol de poing à fort.

Autoursier : Le fauconnier qui dresse et conduit les autours.